Notre Actualité

Retrouvez ici l'ensemble de notre actualité Sun Form ainsi que l'actualité de nos différents clubs.

Que faire contre les lombalgies ?

14 Mars, 2018

La lombalgie c’est quoi ?

La lombalgie est une douleur située au niveau des vertèbres lombaires, c’est-à-dire située en dessous de la dernière vertèbre qui porte une cote (les vertèbres concernées vont de D12 à S1).

Les douleurs concernant les vertèbres situées au-dessus de la D12 sont appelées dorsalgies.

Les douleurs liées à la lombalgie peuvent descendre sur les fesses, l’arrière des cuisses, et jusque derrière les genoux.

Au début, la douleur provient de l’évolution naturelle de la colonne vertébrale qui subit, comme toute pièce mécanique soumise à des contraintes quotidiennes, des modifications de structure, plus ou moins bien tolérées avec le temps et en fonction du type de sollicitation que vous faites subir à votre colonne. Votre douleur ne présente néanmoins aucun caractère dangereux : vous ne risquez ni la paralysie, ni la fracture.
Les différents types de lombalgie commune

On distingue deux types de lombalgies :

  • les lombalgies “seules” ou lombalgies communes.
  • les lombalgies dues à une maladie, ou lombalgies symptomatiques

On distingue trois “profils évolutifs” de lombalgie commune, correspondant à trois façons dont la douleur évolue dans le temps.

On distingue trois types de lombalgies communes selon leur durée :

  • chronique : c’est une lombalgie installée depuis plus de 3 mois
  • aigüe, d’une durée inférieure à 7 jours
  • récurrente ou récidivante : c’est une suite d’épisodes aigus, survenant de façon plus ou moins régulière, et se répétant sur des durées de quelques mois à plusieurs années.

Selon le profil, le retentissement de la douleur sur la vie quotidienne et sa prise en charge varient de façon importante.

Lombalgie symptomatique

Dans 10 % à 15 % des cas, la lombalgie est due à une maladie : infection, tumeur, fracture , malformation… C’est la lombalgie symptomatique, ou “specific low back pain” en anglais.

Face à toute lombalgie, il convient donc de se poser la question : “cette douleur est-elle le signe d’une maladie ?”. Seul votre médecin pourra y apporter une réponse.
En cas de lombalgie symptomatique, c’est le traitement de la maladie associée à la lombalgie qui permet de faire disparaitre la douleur.

La  Lombalgie ça vient de quoi ?
 

Les déséquilibres musculaires contribuent à l'installation d'une raideur progressive des segments mobiles de toute la colonne.

La charge du tronc se déséquilibre progressivement vers l'arrière, augmentant progressivement les contraintes sur les articulaires postérieures situées à l'arrière des vertèbres. Ce déséquilibre se manifestant par des douleurs.

On peut considérer que les métiers de force, par la répétition des "soulevés" façonnent l'équilibre ou le déséquilibre du tronc, autant par la quantité des charges cumulées que par la façon de porter.

Ainsi, chez ces personnes, ce sont les modifications musculaires et les contraintes mécaniques, et non pas le vieillissement qui amènent la perte de souplesse de la colonne, mais avec les mêmes conséquences : la lombalgie.

Facteur principal : raideur des jambes

On constate souvent dans ces professions une faible souplesse au niveau des jambes, notamment au niveau des ischio-jambiers (muscles arrière des cuisses).

Ce manque de souplesse est à la fois la cause et la conséquence d'une façon de soulever les charges : la charge est soulevée lors d'un mouvement de plongée en avant et redressement tout en force.

Ce type d'effort concentre toute la mobilité au niveau des lombaires, puisque la rotation du tronc s'effectue à ce niveau. Cette sur-sollicitation est une des causes aggravantes de la lombalgie.

La  sédentarité :

Des exercices d'entretien d'endurance à l'effort, tels que la marche, le footing ou la natation vont permettre de limiter la sédentarité.

Le  surpoids :

Une illusion fréquemment entretenue consiste à penser que l'on brûle beaucoup de calories parce que l'on effectue des efforts violents plusieurs fois dans la journée.

Si un facteur qui fait une tournée à bicyclette de 5 heures brûle à cette occasion près de 1 000 calories, le fait de porter des cartons de 20 kilos 20 fois dans sa journée sur une distance de quelques mètres ne brûle qu'une centaine de calories, donc ne justifie pas d'augmenter l'alimentation.

C'est la durée totale de l'effort qui détermine si oui ou non une alimentation plus importante est justifiée.

Il convient donc d'adapter son alimentation à son activité, et de perdre du poids en cas de surcharge au niveau de l'abdomen.

On fera aussi particulièrement attention, lors de l'arrêt ou du changement d'activité professionnelle, à changer l'alimentation en fonction de la nouvelle activité, notamment si celle-ci est sédentaire.

 

Que faire contre les lombalgies ?

 

Une activité physique régulière : Pratiquer une activité physique régulière permet d’avoir du muscle plus puissant, plus solide et plus performant.

L’échauffement : Un échauffement entre 5 et 10 min avant de porter des charges permet d’éviter les contractures soudaines.

L’étirement : S’étirer quotidiennement évite la raideur  musculaire  et de ce fait évite les contractures.

La position : Se positionner (dos droit) correctement avant de porter des charges lourdes permet d’éviter de possibles contracture musculaire à cause de l’enroulement du rachis.

Le pilates : Les cours collectifs de pilates permettent de renforcer les muscles au niveau du rachis, de rétablir la posture et d’avoir des abdos puissants.

Renforcer ses lombaires : Quelques exercices spécifiques peuvent être effectués  pour renforcer vos lombaires n’hésitez pas à demander à votre coach.